AccueilrecettesAlan Wake 2 est tellement bourré de frayeurs qu'il déprécie la bonne...

Alan Wake 2 est tellement bourré de frayeurs qu’il déprécie la bonne horreur

Alan Wake 2 est un digne successeur de l’original et, oserais-je dire, le surpasse même à bien des égards. Mais il y a une chose que la suite tant attendue de Remedy a en abondance et dont j’aurais aimé qu’il y en ait moins – ou pas du tout – et c’est la peur du saut.

Je comprends : une peur du saut bien placée peut faire des merveilles pour créer de la tension et vous donner de quoi avoir peur. La menace d’un tel danger peut vous amener à retenir votre souffle en prévision de chaque coin de rue ou de l’ouverture de chaque porte grinçante. Cependant, il y en a trop, et ils commencent à se sentir bon marché et vous devenez insensible à leur égard. Ou vous faites ce que je fais et refusez catégoriquement de vous engager avec eux après le premier couple et de jouer toute scène qui semble un peu effrayante avec le volume baissé et les lumières allumées.

Les frayeurs commencent dès le départ et il n’y a pas moyen d’y échapper. Ils ne sont pas subtils et ne « clignent pas des yeux et vous le manquerez » : ils occupent tout votre écran et remplissent vos oreilles d’un cri soudain et fort, et le pire, c’est qu’ils sortent de nulle part.

(Crédit image : Remède)

Je veux dire, oui : c’est une peur du saut par définition, mais cela n’a littéralement aucune incidence sur ce qui se passe autour de vous. Vous n’entrez pas dans une pièce déserte où quelque chose pourrait se cacher et « Oh merde ! Je n’ai pas vu cette chose cachée dans le coin ! ». C’est dans votre tête, ou plutôt dans la tête du protagoniste, donc ça peut arriver à tout moment et il le fait souvent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Advertisingspot_img

Popular posts

My favorites

I'm social

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
3,912SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner